Une saison sportive

Des jeunes de 12 à 26 ans, venus de tout Bruxelles vont aborder la thématique des Jeux Olympiques autour d’outils artistiques comme le théâtre, la musique ou la danse, pour le Festival Bruxelles Babel qui se déroulera les 12 et 13 mai 2023 au Centre Culturel Jacques Franck à Saint-Gilles.

A l’image de ce que sont les Jeux Olympiques, le Babel 2023 se veut olympique, politique et culturel. Il veut prôner, auprès des jeunes qui l’ont choisi, les valeurs olympiques de la compétition, la saine compétition avec le respect de l’adversaire, le fair- play, le respect des règles, l’acceptation de la défaite, la persévérance… Mais aussi, il veut mettre en lumière les principes fondamentaux de l’olympisme, à savoir «  favoriser une société pacifique, soucieuse de préserver la dignité humaine en garantissant le respect des droits de l’homme et en refusant toute discrimination ». Pour finir, en alliant l’art et le sport, « le muscle à l’esprit » comme le disait Pierre de Coubertin, ce Babel 2023 explorera les liens entre l’art et le sport, mais aussi les valeurs communes aux arts et aux sports comme l’excellence, l’inclusion, la diversité culturelle, l’universalisme. On oppose parfois le sport et la culture, alors qu’ils ont beaucoup de choses en commun : la performance, les émotions, la recherche de la beauté du geste, mais aussi, surtout, leur capacité à proposer une diversité de disciplines qui sont autant de canaux d’expression uniques pour se construire, s’émanciper, trouver sa voie.

"Les Babéliens et Babéliennes sont qualifiés pour les jeux olympiques et paralympiques de la XXXVIIè Olympiade prévue à l’été 2024 à Paris. Ils s’entrainent comme des acharnés. Ils s’entrainent aux sports avec lesquels ils vont concourir.
Mais nos jeunes doivent faire face à de nombreux défis : manque de confiance dans leurs capacités, peur d’échouer, moqueries de certains amis qui ne croient pas en eux... Mais par-dessus tout, c’est le contexte géopolitique et social qui ne les arrange pas. Ils sont disqualifiés parce qu’ils appartiennent à un pays en guerre, ils sont hués dans les stades parce qu’ils sont noirs. Elles doivent faire face aux commentaires sexistes des journalistes sportifs parce qu’elles sont des femmes, ...
Comment réagissent-ils à tout cela ? Pourront-ils concourir ? Quelle est leur positionnement face à tous ces défis."